A2A ARCHITECTES > ACTUALITÉS > ÉQUIPEMENTS > INAUGURATION DE LA CHAUFFERIE MIXTE BOIS-MISCANTHUS DE VILLY-LE-MOUTIER
Chaufferie-Villy-le-Moutier

INAUGURATION DE LA CHAUFFERIE MIXTE BOIS-MISCANTHUS DE VILLY-LE-MOUTIER

Création d’une chaufferie automatique bois déchiqueté et miscanthus de 70 kW de puissance installée et un réseau de chaleur (+ silo de 20 m3) pour chauffer deux bâtiments communaux à Villy le Moutier.

Vendredi 25 mai 2018, Marcel Jobard, Maire de Villy-le-Moutier, inaugure la chaufferie mixte bois-miscanthus qui alimente en chaleur la mairie, la salle des fêtes ainsi que l’ancienne école qui abrite désormais des logements et des salles associatives.

La commune de Villy-le-Moutier a souhaité développer sur son territoire les énergies renouvelables dans le cadre d’une démarche globale de transition énergétique. Une chaufferie mixte bois-miscanthus a alors été installée. D’une puissance de 30 à 60 kW, elle alimente la mairie, la salle des fêtes ainsi que l’ancien bâtiment de l’école, qui abrite désormais des logements et des salles associatives, soit une surface totale de 511 m².

Utiliser une énergie renouvelable locale
Cette nouvelle solution de chauffage utilise principalement du miscanthus produit et récolté sur le territoire de la commune. Cette énergie, une des moins chères du marché, réduit la facture d’énergie mais aussi diminue les émissions de gaz à effet de serre et donc lutte contre le changement climatique. Annuellement, ce sont 9 tonnes de CO2 qui seront rejetées en moins. La commune marque ainsi sa volonté de participer activement, et à l’échelle de son territoire, à la transition énergétique. Pour la construction de la chaufferie, la commune qui est le maître d’ouvrage, a eu le soutien financier de l’Europe, de la Région, de l’Ademe, de la préfecture de la Côted’Or et du conseil départemental de la Côte-d’Or.

Être accompagné par la mission Bois-Énergie de Côte-d’Or
Développée par le Conseil départemental de la Côte-d’Or en partenariat avec l’Office National des Forêts (ONF) et le SICECO, territoire d’énergie Côte-d’Or, la Mission Bois-Énergie de Côte-d’Or (MBE21) est chargée d’accompagner les communes dans leurs projets de chaufferie bois.

Une chaufferie bois, de quoi sagit-il ?
Une chaufferie biomasse permet un chauffage central automatisé en utilisant comme combustible le bois, sous forme de plaquettes en vrac ou en granulés, ou le miscanthus. La chaufferie distribue de l’eau chaude vers les émetteurs de chaleur (radiateur, ventilo-convecteur, …) et vers le ballon de stockage de l’eau chaude sanitaire (ECS) s’il existe. L’alimentation en combustible est automatique grâce à un silo d’approvisionnement relié à la chaudière par un convoyeur. Les cendres sont évacuées dans un tiroir. L’utilisation d’une chaufferie biomasse automatique reste accessible et permet surtout l’utilisation d’un combustible disponible, renouvelable et propre.
À Villy-le-Moutier, la chaufferie fonctionne grâce à du miscanthus produit et récolté sur le territoire de la commune. À côté du silo d’alimentation, un hangar a été construit afin de stocker le combustible.

Le Miscanthus, de quoi s’agit-il ?
Graminées dont la culture est pérenne, ces plantes se développent par rhizomes et peuvent dépasser une hauteur de 4 m, avec un rendement de l’ordre de 12 2 20 tonnes de matières sèches a l’hectare. Leurs besoins en fertilisation et traitements sont faibles. Elles présentent une bonne valeur énergétique pouvant servira alimenter des chaudières.
Remarque le miscanthus a des besoins en eau de l’ordre de 800 mm/an. II est sensible au stress hydrique de juin à septembre.

La construction d’une chaufferie biomasse permet de :
– Utiliser l’énergie actuellement la moins chère du marché (en moyenne 20 à 27 € TTC/MWh pour le bois déchiqueté) et dont le coût est plus stable que celui des énergies fossiles (fioul ou gaz).
– Dynamiser l’activité locale (valorisation des sous produits de bois locaux, création d’emplois).
– Mettre en valeur le patrimoine forestier communal par l’entretien et l’exploitation du domaine sylvicole en cas de combustible bois.
– Réduire les émissions de gaz à effet de serre et donc lutter contre le changement climatique.
– Centraliser la production de chauffage de plusieurs bâtiments communaux qui conservent une programmation thermique indépendante (régulation en sous-stations).
– Réduire la dépendance aux énergies fossiles.

chaufferie-automatique-miscanthus-villy-le-moutier-photo-chantier