A2A ARCHITECTES > PROJETS > HABITAT > 70 LOGEMENTS SOCIAUX – BÂTIMENT BEPOS | MARSANNAY-LA-CÔTE

70 LOGEMENTS SOCIAUX - BÂTIMENT BEPOS

Marsannay-la-Côte

Stratégie du projet en 5 points :

1 – Dans un environnement chaotique – en devenir – création d’un îlot protecteur : logique d’introversion.
2 – Stratégie d’ouverture sur l’espace public: le parking tient la rue à distance.
3 – Stratégie de fermeture : face aux vents du nord et à la pauvreté de l’environnement, création d’un front bâti, + plantation de conifères.
4 – Stratégie de cadrage sur les bâtiments proches, et au-delà, sur la Côte de Nuit, sur le grand paysage.
5 – Implantation du projet en fonction des habitations voisines.

Le présent projet se place dans le contexte particulier de la « conception, réalisation, exploitation » d’un ensemble de bâtiments de logements sociaux à énergie positive. Il s’agit de garantir, pour le maître d’ouvrage, la performance énergétique des bâtiments et installations. Il s’agit aussi de réduire la dépendance énergétique des ménages. Il s’agit enfin de réduire l’impact des constructions sur l’environnement, de favoriser la qualité de vie, la mixité et l’intégration sociales : recherche de la performance énergétique du bâti donc et volonté de créer un espace propice à l’épanouissement de chacun. Tel est le défi qu’ingénieurs et architectes se proposent ici, conjointement, de relever dans l’accompagnement de la maîtrise d’ouvrage.

Le terrain support de ce projet est un lieu en devenir. Son visage sera sans doute profondément modifié par l’implantation du projet d’Orvitis. À proximité Est de la route de Beaune, dans un environnement chaotique, désordonné et pauvre par l’architecture qui le compose, chacune de ses 4 limites principales fait face à un programme différent, placé à des distances variables. L’espace est ici distendu, presque instable ! C’est une vaste jachère, un paysage de plaine balayé par les vents du nord, et perturbé par les nuisances sonores des activités industrielles voisines ; au loin, à l’est, un élément structurant, rassurant : la Côte de Nuits !

Dans ce contexte, nous proposons de suivre 2 logiques : une logique d’introversion par la création d’un îlot protecteur ; il s’agit ici de créer un paysage, un environnement de toute pièce (point 1 du plan d’urbanisme) ; et une logique d’ouverture maitrisée vers l’extérieur, vers les abords immédiats de notre parcelle (points 2, 3, 4 et 5 du plan d’urbanisme) et au loin, par la recherche de perspectives sur le grand paysage.

Cet îlot protecteur (1) est le cœur du projet. C’est un espace de sociabilité, de convivialité, de loisirs, qui donne accès aux halls d’entrée des immeubles et aux espaces communs du programme : sous-sol, locaux vélos et OM, parking aérien. Ce lieu est tenu à distance de la rue et de ses nuisances par l’implantation, à l’est, d’un parking paysager. À l’est justement (2), le cœur du projet s’ouvre sur l’espace public de la rue. L’accès des véhicules est rejeté au Nord-Est de la parcelle. L’accès des piétons et des vélos se fait au lieu d’inflexion de la rue Eiffel. Au nord (3), le bâtiment 1 fait face à un vaste no man’s land et, au-delà, à un imposant entrepôt. Il se place en protection du cœur d’îlot et est renforcé en cela par la plantation de grands conifères, barrière végétale permanente contre les vents du nord. À l’ouest (4), les bâtiments 1 et 2 opèrent un cadrage vers la Côte de Nuits, en s’affranchissant de la vision de l’hôtel voisin. Enfin au sud (5), les bâtiments s’organisent pour opérer une transition visuelle douce avec les habitations proches et éloignées ; les bâtiments 2 et 3 s’écartent, en particulier, pour offrir une échappée visuelle à la maison située en limite sud immédiate (celle-ci dispose d’une large baie vitrée orientée au nord). Les bâtiments sont placés à distance suffisante pour éviter les masques solaires, sur la base des angles d’incidence du soleil en fonction de la période de l’année.

Notre projet est donc contextuel dans la mesure où il se positionne par rapport à un environnement existant. Il est aussi créateur d’un paysage, là où celui-ci est laissé à l’abandon. Un paysage maîtrisé, à l’échelle de la parcelle, assiette du projet, et qui opère une transition douce de l’espace public de la rue jusqu’aux jardins privatifs des logements à RDC. La présence d’espaces plantés intimement liés au bâti est le gage de réussite d’un espace de qualité, propre à générer de la convivialité et du bien-être. Nous avons donc porté une attention particulière à la conception des aménagements paysagers, qui confortent l’implantation bâtie par une lecture claire des circulations et des typologies plantées.

Un parking paysager de 25 places est placé à l’Est de la parcelle afin de limiter l’accès des véhicules à sa périphérie Est. Il est paysager, planté de pelouse, de végétaux rampants et d’arbres d’essences variées. 4 places de parking accessibles aux handicapés sont placées à proximité des accès piétons. 5 places supplémentaires boxées sont offertes en sous-sol à la demande de 80 places.

Au cœur de l’îlot, d’est en ouest et le long du bâtiment 1, se trouve une noue végétalisée qui offre une barrière visuelle masquant les jardins privatifs et conduit le regard vers l’ouest, vers le couchant, vers la Côte de Nuits. 4 passerelles ludiques franchissent cette noue et conduisent aux halls d’entrée. Au sud de la placette, quelques arbres se glissent entre les 3 « boîtes » en claustra bois des locaux vélos, créant un paysage ludique propice aux jeux des enfants. Les cylindres d’accès au sous-sol, également en claustra bois, renforcent l’ensemble. Les jardins privatifs des logements à RDC sont délimités simplement par des haies vives et des rondins de bois. Les arbres plantés au sud des logements sont des arbres à feuilles caduques, permettant aux façades vitrées sud des logements de profiter des apports solaires en hiver et de participer à la maîtrise de la surchauffe en été, en accompagnement des balcons/brise-soleil.

Maître d'ouvrage :Orvitis
Procédure :Conception réalisation
Entreprise mandataireC3B Construction
Maîtrise d’œuvre :A2A Architectes
Type de mission :Base
Montant des travaux :7 440 000 € HT
Surface :4343 m² SHAB
Calendrier :Livré en 2015
Performance :Bepos