A2A ARCHITECTES > PROJETS > HABITAT > 39 LOGEMENTS SOCIAUX | SENNECEY-LÈS-DIJON

39 LOGEMENTS SOCIAUX
20 LOGEMENTS SOCIAUX + RÉSIDENCE SENIORS DE 19 LOGEMENTS

Zac des Fontaines | Sennecey-lès-Dijon

CONTEXTE :
Depuis 1960, multiplication par 5 de la surface urbanisée de la commune.
Opérations majoritairement pavillonnaires, sans réelle cohérence urbaine.
92% de logements individuels de type pavillonnaire.

CONSTAT :
Pas de parcours résidentiel au sein de la commune.
Desserrement des ménages qui va en s’accroissant.
Vieillissement de la population.
Fragilité des équipements publics, notamment scolaires.

OBJECTIFS :
Création d’un nouveau quartier d’habitat de 3000 habitants à l’horizon 2020.
Encourager la mixité urbaine, sociale et intergénérationnelle.
Ré-agglomération du tissu urbain nord.
Démarche environnementale.

De grands axes visuels structurent l’organisation des espaces. On découvre le parc des eaux depuis la venelle, à travers des halls traversants et vitrés. L’espace libre central situé entre les deux bâtiments laisse également le regard se développer librement du Nord au Sud ; une ample fluidité visuelle est ainsi créée. L’axe visuel Est-Ouest permet quant à lui de relier les halls au cheminement piéton menant au parc. Ces liaisons horizontales, sans marche ni ressaut, sont parfaitement adaptées au déplacement des personnes âgées, P.M.R. et poussettes.

La limite de propriété le long de la venelle présente de multiples décrochements à l’image d’une rue de village ou de bourg ; elle contraste avec celles qui se développent le long du parc et de la Rue Jean Dorain dont l’aspect est très linéaire. Ces décrochements sont bordés çà et là de clôtures variées quant à leurs aspects (clôtures en lames de bois + mur bahut, murs pleins). Un local vélo allongé, à l’image d’un bûcher, borde également cette limite.

Au Nord et à l’Est, le projet présente des volumes rigides bien alignés sur les limites de propriété, dialoguant avec la ville, générant une certaine « noblesse urbaine ». Au Sud, en revanche, des volumes souples sont délibérément décalés à l’image de maisons de village, pour mieux s’intégrer aux futurs petits collectifs devant s’implanter plus au Sud le long de la venelle. Ces « maisons de village » sont couvertes de toitures en zinc suivant des pentes variées générant une animation, une image rassurante.

La rampe est délibérément rejetée à l’Ouest pour libérer entièrement les espaces au Sud. Les deux bâtiments sont ainsi entourés d’espaces plantés, verdoyants et sans aucun véhicule pour le confort, la sécurité, la santé et le calme des futurs occupants. Trois parkings aériens supplémentaires seront réservés aux visiteurs et notamment aux auxiliaires de vie de la résidence service. La limite Nord du parking souterrain s’interrompt en son milieu ; ainsi, de grands arbres en pleine terre peuvent s’épanouir au droit de l’espace libre entre les deux bâtiments et assurer ainsi la continuité paysagère du parc des eaux.

L’immeuble d’Edifipierre présente une excroissance d’une couleur ocre sur façade Nord ; nous avons généré deux excroissances similaires quant à leurs volumes ; le rythme des percements pour les baies est identique pour ces deux projets. Notre idée n’est pas de proposer un mimétisme servile, mais d’accompagner le projet d’Edifipierre pour renforcer l’aspect urbain de l’ensemble des façades donnant sur le parc. Le volume à l’Est se resserre à l’entrée de la venelle et crée ainsi une limite, une porte apportant une sensation de calme et de sécurité pour les futurs occupants ; les trois bâtiments sont implantés suivant le même rythme ; les espaces libres les séparant sont de même valeur, renforçant ainsi l’aspect urbain en limite du parc des eaux.

Tous les appartements des rez-de-chaussée sont prolongés de jardins privés bien ensoleillés et privilégiant l’intimité. Une terrasse et un jardin aromatique prolongent la salle d’activité offerte à l’immeuble « résidence service ». Des jardins familiaux partagés peuvent aussi être organisés entre les deux immeubles, plein Sud. L’espace vert collectif Nord prolonge naturellement le parc des eaux et renforce ainsi l’image urbaine souhaitée.

La recherche de l’efficacité énergétique grâce à la conception d’une enveloppe performante (thermique, acoustique, visuel), et au choix de systèmes techniques économes (énergie, fonctionnement) sera étudiée par tous les membres de l’équipe de maîtrise d’œuvre. Les bâtiments bénéficieront d’une isolation performante afin de réduire au maximum les déperditions par parois et les ponts thermiques. Le niveau de performance sera conforme aux exigences du programme soit RT2012 -10% avec certification H et E. Un soin particulier de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe et de l’ensemble des liaisons (menuiseries, murs, plancher bas, etc.) sera étudié dès la phase APD, avec des préconisations spécifiques très précises, reprises par l’économiste dans le descriptif de chaque lot. La solution de référence sera la mise en place de chaudières gaz individuelles à condensation permettant la production d’énergie pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire des logements. Le bâtiment est conçu avec une inertie forte et une bonne protection contre les apports solaires directs pour garantir le confort thermique d’été. L’ensemble des dispositions prises lors de la conception et la construction du projet visent à offrir des bâtiments présentant des performances énergétiques et environnementales exemplaires, permettant d’assurer un confort optimum à ses occupants, ainsi qu’aux exploitants. Aussi il sera primordial de s’assurer de la bonne prise en main du bâtiment par ses utilisateurs, afin de garantir le bon fonctionnement en phase d’exploitation, en conformité avec les exigences fixées par le programme.

Maître d'ouvrage :Orvitis
Aménageur :Splaad
Maîtrise d’œuvre :A2A Architectes
Type de mission :Base + EXE + OPC
Montant des travaux :3 391 600 € HT
Surface :2169 m² SHAB
Calendrier :Livraison 2019
Performance :RT2012 -10%
BIM :Maquette BIM